ericmarie

Forum Replies Created

Viewing 15 posts - 1 through 15 (of 20 total)
  • Author
    Posts
  • in reply to: Collection #20544
    ericmarieericmarie
    Participant
    in reply to: Inkstick for sumi e #20548
    ericmarieericmarie
    Participant

    It depends what you want to paint ! Landscapes, flowers or birds don’t need the same ink. The Qing Mo is good for some landscapes but not for all.

    in reply to: Cinnabar ink stick #20552
    ericmarieericmarie
    Participant

    Three work well but there is a difference of colour. Wan nian hong is more “red”, like “vermilion” and the “zhusha” are more “dark orange red” as natural cinnabar. Chinese red was originally made from the powdered mineral cinnabar, but beginning in about the 8th century it was made more commonly by a chemical process combining mercury and sulfur, specificly for lake.
    Take care : both natural cinnabar and vermilion (synthetic cinnabar) are toxic, even by the skin or mucous membranes. Wash your hands after use and don’t eat when painting.

    in reply to: What did you paint today? #20550
    ericmarieericmarie
    Participant

    ericmarieericmarie
    Participant

    For calligraphy, you need dark black and fluidity (not too sticky ink). The both inks Li Ting Gui and Royal ink are correct. I often use also japanese inkstick that are excellent but much more expansive. This is for oil soot ink. But if you want to copy ancient calligraphy masters on a « looking old » paper, I advice you to use a good pine soot ink, in order to get deeper dark instead of too glossy strokes, particularly if you practice xiaokai on a shuxuan paper, because when the ink does not penetrate the paper and dry on the surface, it becomes more brillant.

    in reply to: Inksticks for Indentify #20542
    ericmarieericmarie
    Participant

    I agree. These inksticks are very “basic”. It can work, of course, but it is not excellent.

    in reply to: How to use “Manual of the Mustard Seed Garden” #20522
    ericmarieericmarie
    Participant

    This classic book is published in Chinese (4 volumes) and in English, French… translations. Which one do you use ?

    The Chinese one contains much more illustrations than the one volume translations. In the Chinese edition, most of the pictures are xieyi hua. I use it and teach it for many years.

    in reply to: BE CAREFUL WHEN BUYING INK STICKS. #20526
    ericmarieericmarie
    Participant

    I did several vidéos on how to select inkstiks on my Youtube channel. You may have a look on them :

    https://www.youtube.com/channel/UCN5E6YDDKaE1jcZa8BTP9WQ

    ericmarieericmarie
    Participant

    You cannot use always the same style of calligraphy to sign or to write other things on your paintings. Sometime, you have to use xingshu, sometime xingkai, sometime caoshu. But if you want to have a good calligraphy, even to write few words, you need to study calligraphy and begin by the beginning. I don’t think that you may only “copy” a model of the calligraphy of your name and do a calligraphy that looks well if you have not an internal feeling and experience of calligraphy. Another advantage : if you study calligraphy, your painting will become better. Chinese calligraphy and painting have the same root : 書畫同源 !

    in reply to: Can brushes be stored long term in a roll? #20530
    ericmarieericmarie
    Participant

    Yes, you can keep them even several years if they have been put inside when they are dry and the hair in order but take care to the insect that like to eat the brushes hair. Then, you may put them in a closed place and put near some products that insect dislike, like for the clothes.

    in reply to: Reason behind owning a lot of seals #20528
    ericmarieericmarie
    Participant

    It is exactly what you said. They are 2 categories of seals. The first one is for signing but you cannot use the same for a small or a large painting. So you need to have several of different sizes and shapes. The second category is for expressing a meaning, a feeling or a circumstance. Than you can have many.

    in reply to: brush for cursive script, semi-cursive script #20524
    ericmarieericmarie
    Participant

    It depends which style of cursive or semi-cursive you want to practice. Zhao Mengfu, Liu Gongquan, Mifu, Su Dongpo or Wang Xizhi used different kinds of maobi. It is difficult to say that one is good for all of them !

    in reply to: ”Slender Gold” (瘦金体) style brush? #20520
    ericmarieericmarie
    Participant

    You can use a thin and long rabbit or “wolf” hair (zihao or langhao). I practiced this style and you can visit my website here :
    http://calligraphie-peinture-chinoise.com

    Or see one example of my calligraphy here:

    in reply to: Calligraphy style for beginners #20072
    ericmarieericmarie
    Participant

    Bonjour ema.ballo,

    Chu Suiliang est un des quatre principaux maîtres du début des Tang : Ouyang Xun, Yu Shinan, Chu Suiliang, et Xue Ji (bien que certains experts donnent des listes parfois différentes car il n’y pas unanimité pour les quatre…). Ne pas confondre avec les quatre maîtres du kaishu: Yan Zhenqing, Liu Gongquan, Ouyang Xun (Tang) et Zhao Mengfu (Yuan). Vous pouvez copier Chu Suiliang, bien sûr, c’est un grand calligraphe, mais, pour un débutant, ce n’est pas le choix le plus pédagogique. En fait, si les quatre maîtres mentionnés sont étudiés en priorité depuis des siècles, c’est parce qu’ils apportent des qualités indispensables pour maîtriser n’importe quel autre kaishu. Yan Zhenqing donne la force, Liu Gongquan l’os, Ouyang Xun la rectitude et Zhao Mengfu la chair. Encore faut-il connaître, pour chacun d’entre eux, laquelle de leur œuvre convient le mieux, car ils ont réalisé de nombreuses calligraphies dans différents styles (kaishu, xingshu, etc).
    Pour la plupart des étudiants, Yan est le meilleur commencement, et on finit généralement par Zhao, quand les trois autres sont assez maîtrisés. Ce que vous aimez spontanément ne devrait pas entrer en ligne de compte car votre capacité à apprécier, et donc vos goûts vont évoluer avec votre progression technique. Quand vous débutez, votre œil n’est pas suffisamment exercé pour faire un choix adéquat.

    J’ai des étudiants chinois et occidentaux de différents niveaux. Pour donner à chacun le meilleur conseil de modèle d’entraînement, je dois préalablement voir leur travail, afin de déterminer ce qu’ils ont déjà intégré et ce qui leur fait le plus défaut. Sans cette étape de diagnostic personnalisé, il est impossible de savoir ce que vous devriez étudier maintenant.

    Cependant, puisque vous recherchez des conseils, si vous permettez que je vous exprime mon point de vue, le plus franchement et directement possible, voici ce que je recommande:

    – Il vous faut impérativement un enseignant. A moins de vouloir simplement bricoler toute votre vie, il est IMPOSSIBLE de devenir un calligraphe sérieux sans quelqu’un d’expérimenté pour vous guider. On peut être un autodidacte génial, certaines erreurs ne vous apparaîtront pas spontanément et vous risquez de les reproduire indéfiniment jusqu’au point où il sera difficile de vous débarrasser de ces mauvaises habitudes qui vont s’enraciner et polluer votre pratique. Pensez-vous qu’il soit facile d’apprendre le violon sans professeur, simplement en lisant des livres ou en essayant désespérément d’imiter un virtuose, en écoutant des enregistrements qui vous plaisent ? Certains élèves, après de nombreuses années font toujours les mêmes erreurs que quelques jours de cours auraient éradiquées définitivement. D’un autre côté, je comprends votre difficulté car il est difficile de trouver un bon professeur à proximité de son domicile en Europe. De nombreux enseignants, qu’ils soient occidentaux ou chinois, n’ont pas toutes les compétences requises (connaissance approfondie des différents styles historiques, méthodes techniques pour progresser et surmonter les difficultés, pédagogie adaptée, etc). Il ne suffit pas d’avoir pratiqué quelques années en recopiant des modèles pour pouvoir enseigner cette discipline…

    – Pratiquer en regardant des livres ou des vidéos peut être utile lorsque vous avez déjà une bonne maîtrise, mais certainement pas au début de l’apprentissage. En effet, le problème n’est pas d’avoir un bon modèle à observer mais d’avoir quelqu’un qui vous observe et vous corrige, ce qu’une vidéo ne pourra jamais faire.

    – Si vous n’avez pas de professeur à proximité, essayez de faire au moins quelques stages intensifs de quelques jours pour acquérir des habitudes et des gestes justes vous permettant de progresser sans errer dans toutes les directions. Pour cela, n’hésitez pas à vous déplacer, cela en vaut la peine et vous fera gagner des années dans votre progression. C’est ce que font la plupart de mes élèves qui habitent trop loin pour suivre des cours réguliers.

    – Ne choisissez pas un professeur spécialiste d’une autre discipline (professeur de langue chinoise, maitre de Zen, d’arts martiaux ou autre) qui peut parfois être également un calligraphe acceptable mais qui ne peut en aucun cas remplacer un véritable enseignant professionnel de la calligraphie.

    J’espère que vous me pardonnerez d’être aussi direct dans mes conseils. Ils n’ont pour seul objectif que d’essayer de vous aider dans votre recherche. L’art est long à acquérir et la vie est trop courte pour se disperser en expériences inutiles. Je vous souhaite beaucoup de progrès et d’épanouissement dans l’apprentissage de cette merveilleuse discipline !

    in reply to: How often should I replace my brush? #20008
    ericmarieericmarie
    Participant

    The state of your brushes depends a lot on how you treat them. For example, I never let my brushes dry after only rinsing them with tap water. When they are cleaned, I rinse them quickly with demineralized water to prevent the limestone from hardening them by drying. How to smooth the hair before drying is also essential. And, of course, they have to dry the tip down.
    When I started teaching, I noticed that some of my students’ brushes died after a few days, while some of my students were over 30 years old and looked almost new. Since then, I try to teach them how to correctly treat their material …
    But especially, the brush ages badly if the ink is bad, the ink stone too rough and especially if the movements of the brush lack of fluidity and constantly grip the paper. When one has to “slightly” torture the brush to obtain certain effects (rocks, tree bark, etc.), it is better to use old brushes (either “bad brushes” or, preferably, good brushes that are degraded over time).
    All this reminds me of Prince Wen’s cook, of whom Zhuangzi speaks.

    庖為文惠君解牛,手之所觸,肩之所倚,足之所履,膝之所踦,砉然嚮然,奏刀騞然,莫不中音。合於桑林之舞,乃中經首之會。

    文惠君曰:「嘻,善哉!技蓋至此乎?」

    庖丁釋刀,對曰:「臣之所好者道也,進乎技矣。始臣之解牛之時,所見無非全牛者。三年之后,未嘗見全牛也,方今之時,臣以神遇而不以目視,官知止而神欲行。依乎天理,批大郤,導大窾,因其固然。技經肯綮之未嘗,而況大軱乎!

    良庖歲更刀,割也;族庖月更刀,折也。今臣之刀十九年矣,所解數千牛矣,而刀刃若新發於硎。彼節者有閒,而刀刃者無厚,以無厚入有閒,恢恢乎其於游刃必有餘地矣,是以十九年而刀刃若新發於硎。雖然,每至於族,吾見其難為,怵然為戒,視為止,行為遲。動刀甚微,謋然已解,如土委地。提刀而立,為之四顧,為之躊躇滿志,善刀而藏之。」

    文惠君曰:「善哉!吾聞庖丁之言,得養生焉。」

    You can read a translation here:
    http://www.bopsecrets.org/gateway/passages/chuang-tzu.htm

    L’état de vos pinceaux dépend énormément de la façon dont vous les traitez. Par exemple, je ne laisse jamais sècher mes pinceaux après les avoir seulement rincés à l’eau du robinet. Lorsqu’ils sont nettoyés, je les rince rapidement à l’eau déminéralisée pour éviter que le calcaire ne les durcisse en sèchant. La façon de lisser les poils avant de les mettre à sécher est également essentielle. Et, bien sûr, il faut qu’ils sèchent la pointe en bas.
    Lorsque j’ai commencé à enseigner, j’ai observé que les pinceaux de certains de mes étudiants étaient morts au bout de quelques jours, alors que certains des miens avaient plus de 30 ans et paraissaient presque neufs. Depuis, j’essaie de leur apprendre à correctement traiter leur matériel…
    Mais surtout, le pinceau vieillit mal si l’encre est mauvaise, la pierre à encre trop rugueuse et surtout si les mouvements du pinceau manquent de fluidité et acrochent en permanence le papier. Lorsqu’on doit un peu “torturer” le pinceau pour obtenir certains effets (rochers, écorce d’arbre, etc), il vaut mieux utiliser de vieux pinceaux (soit de “mauvais pinceaux” soit, de préférence, de bons pinceaux qui se sont dégradés avec le temps).
    Tout ceci me fait penser au cuisinier du prince Wen, dont parle Zhuangzi.

    Vous pouvez en lire une traduction ici:

    庖丁解牛-Le boucher de Zhuangzi

     

Viewing 15 posts - 1 through 15 (of 20 total)